Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du Master Banque et Finance Européennes, IAE Toulouse

Le blog du Master Banque et Finance Européennes, IAE Toulouse

Blog des étudiants du Master 2 Banque et Finance européennes de l'IAE Toulouse


Perte du « trésor national »

Publié par Laila Moubtassim sur 14 Janvier 2012, 19:04pm

Catégories : #Actualité Financière

tripple-a.jpg

Vendredi  13 Janvier 2012, Standard and Poor's a finalement décidé de dégrader la note française. L’Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg et la Finlande font partie des pays à avoir été épargnés. Notons toutefois que la Finlande est sous surveillance négative.

L’agence de notation S&P a fini par dégrader la note de la France, passant du AAA à AA+ avec « perspective négative ».   En effet, S&P a déclaré que les perspectives d’évolution de la note française étaient mauvaises.  Il y a donc de fortes chances que la France soit dégradée de nouveau en 2012 ou 2013.

Pour le moment, les deux autres agences de notation, Moody's et Fitch, attribuent toujours un « triple A » à la France.

Une fois l’annonce faite, les places financières européennes, qui étaient en hausse jusqu’en début d’après-midi, ont légèrement baissé (moins d’1%). Même choses pour les places américaines qui sont elles aussi reparties à la baisse, influencées par les mauvais résultats de JP Morgan et par la dégradation des notes européennes.

En ce qui concerne l’Euro, il est tombé à son niveau le plus bas depuis août 2010, un peu plus de 1,26 dollar.

 

Conséquences de cette dégradation :

  • Le FESF : la note du FESF pourrait être réévaluée à la baisse aussi puisqu’elle dépend de la santé des pays qui le soutiennent. Ceci risque de mettre en danger le plan de sauvetage de la zone euro.
  • Les collectivités locales : selon Norbert Gaillard, spécialiste des agences de notation : «La note du pays sert de référence nationale. Si elle est abaissée, toutes celles des entreprises, des banques et surtout des collectivités locales seront remises en cause. Parmi ces dernières, celles dotées d'un AAA, comme la ville de Paris ou la région Ile-de-France, seront automatiquement dégradées.» Il finit par conclure que cette réaction en chaine « pourrait provoquer une hausse de la fiscalité locale ».
  • Le coût du crédit : une augmentation des taux d’intérêt et un durcissement d’accès au crédit par les ménages.

Le coût de la dette de l’Etat : les marchés en réaction à cette dégradation peuvent imposer des taux d’intérêt plus élevés affectant autant les finances de l’Etat que les ménages.

Sources : 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents