Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du Master Banque et Finance Européennes, IAE Toulouse

Le blog du Master Banque et Finance Européennes, IAE Toulouse

Blog des étudiants du Master 2 Banque et Finance européennes de l'IAE Toulouse


Marie-Claire Capobianco: BNP Paribas:«10 milliards d'euros pour les PME en 2014»

Publié par Les Echos sur 23 Janvier 2014, 22:26pm

Catégories : #Actualité Financière

BNP Paribas met à nouveau l'accélérateur sur les entreprises. A la mi-2012, la banque de la rue d'Antin avait pris des engagements en faveur des petites et moyennes entreprises, qui ont été dépassés. Entre juin 2012 et juin 2013, elle a ainsi financé 61.500 projets à hauteur de 6,7 milliards d'euros, bien au-delà des 5 milliards d'euros annoncés. A quelques semaines de la présentation de son plan stratégique, BNP Paribas dévoile les nouveaux objectifs de sa politique de soutien aux PME à horizon 2016.

Dans une économie ralentie, quelles sont vos ambitions auprès des entrepreneurs ?

Les PME sont pour nous un axe de croissance incontournable, l'un des piliers de notre politique de banque responsable engagée pour le financement de l'économie. Nous comptons actuellement trois entreprises de taille intermédiaire sur quatre clientes sur nos livres et une PME sur quatre, soit 30.000 PME. Notre ambition est désormais d'intensifier notre présence via notre programme BNP Paribas Entrepreneurs 2016 et de parvenir ainsi à gagner, à horizon 2016, une PME sur trois, c'est-à-dire 5.000 PME de plus par an.

Pour établir ce programme, nous avons initié une démarche innovante de « co-working » sur l'évolution du rôle et des missions des banques, associant l'interne et l'externe, avec la confrontation de points de vue de représentants du monde des PME, des économistes, sociologues et spécialistes de l'économie numérique. Nous avons travaillé autour de 4 thématiques avec 4 experts externes : Christian Saint-Etienne, Joël de Rosnay, Gilles Finchelstein et Véronique Morali. Les débats étaient souvent vifs et animés !

Comment ces objectifs se déclineront-ils concrètement ?

Nous comptons prêter 10 milliards d'euros aux PME en 2014 : 6 milliards pour des projets d'investissement et 4 milliards pour financer leur cycle d'exploitation. En prenant un tel engagement sur les crédits de trésorerie, nous lançons un signal fort aux entrepreneurs pour qu'il n'y ait plus d'autocensure dans leurs demandes et également à nos chargés d'affaires pour qu'ils proposent davantage ces solutions à leurs clients. Nous nous engageons également à accompagner encore davantage les entreprises à l'international. Elles ne sont aujourd'hui en France que 110.000, soit moins de 4 %, à se déployer hors de nos frontières. Nous voulons sur l'année aider 1.000 TPE et PME à exporter pour la première fois, et équiper de comptes et de solutions de gestion de flux à l'international 1.000 autres entrepreneurs déjà actifs à l'étranger. Enfin, nous voulons amplifier nos efforts d'explication de nos décisions de crédit : en cas de refus total ou partiel de son crédit, un entrepreneur aura systématiquement un rendez-vous avec le directeur du site où est tenu son compte afin de pouvoir en discuter.

Ces efforts vont-ils porter sur certaines entreprises en particulier ?

Nos engagements valent pour tous les entrepreneurs. Mais trois catégories vont retenir particulièrement notre attention. Nous renforcerons notre soutien à l'innovation en ouvrant trois nouveaux pôles innovation en 2014, en plus des douze déjà existants. Le premier sera implanté à Marseille. Nous allons également investir 20 millions d'euros dans des fonds d'amorçage dans nos huit grandes régions. Un « compte bancaire innovation » sera proposé aux étudiants et jeunes diplômés qui souhaitent créer leur entreprise. Enfin, nous annonçons la signature de partenariats exclusifs avec deux plates-formes de financement participatif (Ulule et Wiseed) pour faire émerger des projets qui n'ont pas vocation à être financés dans le circuit traditionnel. Nous favoriserons également l'entrepreneuriat féminin pour contribuer à l'augmentation des créations d'entreprise par des femmes : elles ne représentent que 30 % des créateurs aujourd'hui, ce qui laisse une belle marge de progression pour l'économie. Enfin, nous mettrons en place un réseau d'une cinquantaine de chargés d'affaires référents, spécialement formés pour comprendre et servir les entrepreneurs sociaux partout en France.

Y aura-t-il de l'appétit pour ces financements ?

Nous devons aller au-devant de la demande, même si la période est en effet toujours marquée par une forme d'attentisme. Les entreprises se posent des questions sur leur avenir et le niveau de leurs marges reste un sujet. Mais, dans le même temps, les PME qui exportent ou qui innovent ont vu croître leur chiffre d'affaires en 2013 et ont de belles perspectives pour 2014. Les entrepreneurs ont beaucoup d'idées, de talent et de projets à concrétiser, ce sont autant de signaux favorables à la reprise.

 

Ecrit par Véronique Chocron et Edouard Lederer

 Journalistes

Source: Les Echos, 23 Janvier 2014.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents