Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du Master Banque et Finance Européennes, IAE Toulouse

Le blog du Master Banque et Finance Européennes, IAE Toulouse

Blog des étudiants du Master 2 Banque et Finance européennes de l'IAE Toulouse


M&A : les grands groupes chassent sur les terres des banques d'affaires

Publié par Les Echos sur 23 Janvier 2014, 22:45pm

Catégories : #Actualité Financière

Les grandes entreprises françaises renforcent leurs propres équipes de fusion-acquisition. Elles rationalisent leur usage de conseils externes, quitte à se passer de banque d'affaires sur les petites opérations.

M-A.jpg

 

Les grandes entreprises françaises se sont à nouveau montrées très sélectives dans leurs acquisitions en 2013. Selon le recensement de Dealogic pour « Les Echos », elles ont déboursé un total de 26,7 milliards d'euros pour réaliser 927 rachats, ce qui représente une baisse de 22 % sur un an, et même de 59 % sur deux ans. C'est Schneider Electric qui s'est montré le plus offensif. Avec la reprise d'Invensys, le groupe de Jean-Pascal Tricoire a pris la tête des fleurons français ayant bouclé le plus gros volume d'acquisitions en 2013.

Mais, globalement, la tendance est à la baisse pour les grands groupes de l'Hexagone. Et ce resserrement a eu une répercussion directe sur leurs relations avec les banques d'affaires : les groupes rationalisent leur recours à ces conseils et structurent de plus en plus leurs opérations de fusion-acquisition en interne. « Il est vrai que le travail est plus internalisé,reconnaît Hubert Sueur, le directeur du développement de Veolia, qui supervise les fusions-acquisitions du groupe. Mais pour les acquisitions essentiellement. Quand une cible est directement dans notre coeur de métier, nous menons l'opération seuls. Nous mobilisons un cabinet d'audit pour la "due diligence", mais valorisation et négociation sont entièrement en interne. » En revanche, pour les cessions qui, de fait, ont constitué l'essentiel de la stratégie du groupe depuis deux ans avec 6 milliards d'actifs vendus, « nous avons besoin de banques d'affaires pour contacter de manière efficace le plus d'acquéreurs potentiels et structurer le processus de cession », précise-t-il.

Même analyse chez EDF. « Le M&A est davantage internalisé depuis quatre ans,concède Ignacio Domingo Puértolas, nommé à la tête des fusions-acquisitions du groupe en août dernier après une dizaine d'années passées chez Lazard, mais pas au détriment des banques d'affaires. Par rapport à la taille du groupe, nos équipes sont concentrées. Nous avons surtout développé une approche plus professionnelle en interne, mais nous faisons toujours appel aux banques. »

Pas de banque sur les petits « deals »

Certains s'en sont toutefois déjà passé, comme LVMH pour Loro Piana. Ou ils n'y ont fait appel que tardivement, à l'instar de Publicis pour se rapprocher d'Omnicom. La tentation de se passer de conseils externes intervient surtout sur les petites opérations.« Sur les "deals" inférieurs à une dizaine de millions d'euros, nous ne prenons pas de banques d'affaires », indique Arnaud Castille, le directeur des fusions-acquisitions d'Orange, qui boucle de plus en plus de petits « deals » dans une logique d'innovation. Comme les banques perçoivent une commission sur la valorisation, mécaniquement en deçà d'une certaine taille, il n'est pas économiquement viable de faire appel à elles. Même constat chez Areva, où le seuil est de 10 millions d'euros. Les plus grosses banques, dont les frais fixes sont importants, s'excluent d'ailleurs d'elles-mêmes des petites opérations. Mais elles sont loin d'avoir disparu. « Dans 90 % des cas, précise Antoine Troesch, le directeur des fusions et acquisitions d'Areva, nous sollicitons unebanque d'affaires. Elles sont les mieux placées pour faire les travaux de valorisation et faciliter la relation acheteur-vendeur. Nous avons le rôle de chef d'orchestre et la banque vient en complément, c'est un partenariat très efficace. »


Ecrit par Anne DRIF

Source:  Les Echos, 22 Janvier 2014.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents