Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du Master Banque et Finance Européennes, IAE Toulouse

Le blog du Master Banque et Finance Européennes, IAE Toulouse

Blog des étudiants du Master 2 Banque et Finance européennes de l'IAE Toulouse


La Grèce a besoin d'air

Publié par France ESTANOVE sur 13 Février 2012, 20:02pm

Catégories : #Actualité Financière

Emeutes-grece.jpg

A l’écart des gaz lacrymogènes et du rugissement de la rue, les parlementaires grecs ont approuvé ce lundi le plan d’austérité d’une majorité de 199 voix contre 74 opposants. Le texte de loi permet à la Grèce d’accéder à un nouveau volet d’aide financière de 130 milliards d’euros de la part de l’UE et du FMI, une somme astronomique néanmoins indispensable. En effet le vote s’est joué au contre la montre puisque le 20 mars s’annonce une échéance sur la dette grecque à 14,3 milliards. La condition sine qua non était que la Grèce s’engage à réaliser 3,3 milliards d’économies ce qu’elle compte faire via des suppressions de postes dans la fonction publique (15000 postes), un abaissement du salaire minimum de 22% (il passe à 580€), un coup de rabot sur les retraites et un assouplissement des conditions de licenciement.

Même si le soulagement est de mise, tout le monde convient que ce vote nécessaire permet tout juste de maintenir la tête grecque hors de l’eau et de lui éviter un défaut en mars. Le plan tel qu’il a été voté n’est pas suffisant, les économistes et politiques européens s’accordent à dire qu’il faut de véritables réformes structurelles, réformes qui depuis janvier n’ont toujours pas été mises en œuvre par la Grèce (contrairement au Portugal). Des réformes structurelles passant par un large processus de libéralisation du marché du travail, et surtout, surtout, que les grecs payent leurs impôts !  Car le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble ose le dire, la Grèce « est un cas à part ». Et d’ajouter : "La Grèce doit faire ses devoirs pour devenir compétitive, que cela passe par un nouveau plan de sauvetage ou par une autre voie que nous ne souhaitons pas prendre (...)". Traduction : sortie de l’UE, sortie de l’euro.

Oui, mais comment ? Il n’y a jamais eu de précédents, alors comment sort-on d’une union monétaire sans pertes et fracas? Il faudrait des mois pour refabriquer des drachmes, sans parler des faillites bancaires en Grèce engendrées par un défaut désordonné de celle-ci.
Le problème grec est de taille. D’autant plus qu’à chaque nouveau plan d’austérité le PIB se contracte, la demande étant exsangue, et les recettes fiscales fondent encore plus vite. Si bien qu’il est possible qu’un nouveau plan d’aide soit requis en juin !


C’est au bord de la guerre civile que se tiendront en avril des élections législatives en Grèce, et les députés grecs sont bien réticents à mettre en place les mesures impopulaires votées ce jour. Néanmoins d’après François Lenglet il semble que ces politiques ne soient plus réellement maîtres du destin de la Grèce : « Immanquablement, ce divorce qu’on constate entre le peuple et les élites va s’accroître, et c’est le peuple qui aura le dernier mot »…

Source : Le parlement grec a adopté le plan d'austérité tandis qu'Athènes s'enflammait

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents