Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog du Master Banque et Finance Européennes, IAE Toulouse

Le blog du Master Banque et Finance Européennes, IAE Toulouse

Blog des étudiants du Master 2 Banque et Finance européennes de l'IAE Toulouse


Témoignage d'Amira HAMMAM, promotion 2010-2011

Publié par Master BFE sur 25 Juin 2013, 20:04pm

Catégories : #Témoignages

1- Bonjour, pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours professionnel ?

 

Je suis Amira HAMMAM, j’étais membre du bureau de l’association DEFIT entre 2010-2011. Je suis actuellement Chargée de mission en finance à la Direction Générale et Financière d’Actia Group (en poste depuis Novembre 2011).

 

2- Pouvez-vous définir avec plus de précision votre métier ?

 

Je travaille avec l’ensemble des dirigeants ainsi que des responsables financiers.

Mon métier est lié à la mise à jour des reportings permettant le calcul de ratios utiles à l’analyse interne de l’entreprise, la création de fichiers et d’outils permettant les différents suivis, l’assistance à la responsable consolidation…

 

3- Dans quelle mesure le master BFE vous a-t-il aidé à vous insérer sur le marché de l’emploi ?

 

Le M2 a révélé mon appétence pour la recherche d’information, leurs analyses  et leurs synthèses. J’ai d’ailleurs trouvé que les divers exposés que nous avions préparés au cours de l’année avaient été très instructifs.

 

4- Votre métier actuel correspond t-il à votre projet professionnel lors de votre sortie du master BFE ?

 

Pas exactement, mais le marché de l’emploi était en tension à la sortie du Master et la Banque Courtois dans laquelle j’avais effectué un stage en Master 1 (à la Direction Générale) et en Master 2 (au centre d’Affaires : Courtois Entreprises), ne proposait aucun poste de Conseiller Commercial Entreprises ni de Conseiller en patrimoine, je me suis donc orientée vers l’entreprise en me disant que les bases en ingénierie financière ainsi qu’en analyse financière que j’avais pu acquérir au cours de l’année me serviraient et ça a été le cas.

 

5- Quels conseils donneriez-vous aux jeunes diplômés souhaitant entreprendre le même parcours que vous ainsi que les pièges à éviter ?

 

Il faut être persévérant et surtout se dire qu’aujourd’hui nous ne sommes pas formatés à exercer un seul et unique métier. Nos diplômes, nous offrent une bonne assise sur le marché professionnel, il ne faut jamais les dévaloriser parce que la concurrence est rude surtout avec les étudiants qui sortent des Ecoles de Commerce.

Sachez toutefois qu’en sortant du M2 BFE vous disposez d’un bon niveau de connaissance et que vous êtes bien entraînés pour intégrer le marché mais que la connaissance ne suffit pas à acquérir la compétence et surtout l’expérience que l’on acquiert avec le temps.

 

6- Quel souvenir gardez-vous de votre passage sur les bancs de l’université/IAE ?

 

Cela a été une année assez particulière pour moi qui suis tunisienne, cette année là, a été marquée par un bouleversement important dans mon pays : la Révolution. Mais je me souviendrai toujours de l’ambiance chaleureuse que notre groupe a su créer sans oublier de travailler. Nous organisions beaucoup de soirées et fêtions la fin de nos examens avec beaucoup d’enthousiasme comme vous le faites probablement…

Parmi tous les bons moments, le souvenir  que je garderai en mémoire c’est lorsque nous avions fini nos « derniers examens écrits » et que nous sommes presque tous allés diner au restaurant  et nous sommes ensuite allés faire quelques parties de bowling. Et ce même groupe s’était retrouvé après 6 mois de « séparation » à l’occasion des présentations des rapports de stage, nous étions tous réunis, nous avons ri aux éclats de nos diverses anecdotes et de nos présentations comme si nous nous étions quittés la veille.

La fac, c’était de bons moments, des moments de partage, de bavardages, des moments qui la plupart du temps ont révélé la sincérité. La fac a vu naître de vraies amitiés.

 

7- Etes-vous encore en contact avec des anciens étudiants ou des intervenants du master ?

 

Oui, nous avons gardé contact. Certes on ne s’appelle plus aussi fréquemment qu’avant mais s’assure que les uns et les autres vont bien et lorsque l’on a une occasion de se voir ou même de se croiser nous ne la manquons pas.

Par ailleurs, j’avais eu quelques échanges de mail avec Monsieur Lourties l’an dernier mais je n’ai pas pris de nouvelles depuis longtemps. Je vous remercie de me le rappeler.

 

8- Quelles orientations de carrière envisagez-vous pour l’avenir ?

 

Je souhaite intégrer un poste de Junior pour du conseil en stratégie ou en contrôle de gestion idéalement dans un cabinet de conseil. Il faut dire qu’à Toulouse les débouchés sont limitées et que Paris offre plus de perspectives d’emploi, j’ai donc quelques pistes sur Paris…

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents